Accueil Remonter Contactez-nous Recherche           

Historique

 

HISTORIQUE DU DEVELOPPEMENT DURABLE

 

Si le terme de « développement durable » est récent, certaines idées que sous-tend la notion de développement durable ont été évoquées par de nombreuses personnes au cours de notre histoire. Le Chef indien Seattle, pour ne citer que lui, a traduit l’idée de la préservation de la terre en ces termes : « Nous n’héritons pas la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons seulement à nos enfants ».

Dans ce bref historique du développement durable, sept dates clés sont évoquées.

 

1970

En 1970, le Club de Rome publie le rapport Halte à la croissance, dans lequel les auteurs évoquent la forte croissance économique des pays riches et l’accroissement démographique que connaît la planète. Les conséquences de ce phénomène sont l’épuisement des ressources naturelles et l’augmentation des pollutions. Le rapport suggère à la fois de tendre vers une croissance nulle dans les pays industrialisés et de limiter l’accroissement de la population. Ces positions sont vivement critiquées, mais elles permettent d’alimenter un débat sur les liens entre développement économique et protection de l’environnement, et in fine sur les idées que sous-tend un développement plus durable.

 

1972

         L’organisation de la conférence des Nations unies de Stockholm est confiée à une équipe de chercheurs dirigée par Maurice STRONG. L’objectif est d’examiner les liens entre environnement et développement. En fait, la conférence de Stockholm aborde essentiellement les questions d’environnement et se préoccupe peu des questions de développement. Cependant, Ignacy SACHS, l’un des principaux acteurs de cette conférence, met en lumière le concept d’éco-développement, qui comporte cinq dimensions : économique, sociale, environnementale, culturelle et politique. Cette approche novatrice inspirera par la suite les chercheurs qui se pencheront sur la question du développement durable.

 

1980

         Le terme de développement durable est utilisé pour la première fois, en 1980, par l’UICN - Union Internationale  de la Conservation de la Nature – dans son rapport Stratégie mondiale de la conservation. Les effets sur l’environnement des politiques économiques débridées se font déjà cruellement sentir. Il devient urgent d’envisager de nouvelles approches. Des experts du monde entier, commandités par l’ONU, étudient la notion de développement durable.

 

1987

         Ces experts publient le rapport Our common future (Notre avenir à tous), dit Rapport Bruntland (du nom de Mme Gro Harlem Bruntland, 1er ministre de Norvège et présidente de la Commission  Mondiale pour l’Environnement et le Développement). Ce rapport propose une définition du développement durable :

« Un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ».

 

1992

         En juin 1992, vingt ans après le rendez-vous de Stockholm, la conférence de Rio, en juin 1992, réunit des représentants de 178 pays, dont 140 chefs d’Etat et de gouvernement. Cette réunion permet de mettre en évidence les liens étroits qui lient environnement et développement.

         Plusieurs textes sont élaborés :

-         la Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement, qui comporte 27 articles.

-         l’Action 21 (dénommée aussi Agenda 21 ou programme d’actions pour le XXIe siècle), qui est une déclaration de propositions, non contraignantes, mais faisant autorité. L’Agenda 21 précise les responsabilités qui incombent à chaque Etat et à chaque acteur de la société civile dans l’application du développement durable.

-         deux conventions sur la biodiversité et sur les changements climatiques.

-         deux déclarations : sur les forêts et sur la désertification (quelques années plus tard, une convention sur la désertification sera adoptée).

 

1994

Le Sommet Mondial pour le développement social se tient à Copenhague en 1984. Il met en lumière un aspect peu traité lors de la conférence de Rio, celui de la pauvreté et de l’exclusion sociale, dans une perspective de développement durable.

 

2002

L’Organisation des Nations unies organise une conférence internationale consacrée au développement durable, du 26 août au 4 septembre à Johannesburg, Afrique du Sud. 110 chefs d’Etat et 60.000 personnes y participent. Aux cotés des représentants des délégations officielles et des ONG, on trouve des élus des collectivités locales et territoriales, des responsables d’entreprises, des militants d’organisations populaires...

Deux documents majeurs sont adoptés lors de la conférence : une déclaration politique et un plan d’action. Des programmes d’action sont signés entre divers partenaires : gouvernements, entreprises, ONG…

Manifestation de représentants d'ONG lors du Sommet Mondial pour dénoncer les faibles résultats obtenus. Photo : Claude Suzanon. 

Mais globalement les résultats du Sommet sont décevants. Cela s’explique par les positions intransigeantes des Etats-Unis sur de nombreux sujets, le refus des pays industrialisés de dégager des moyens financiers supplémentaires pour lutter contre la pauvreté dans les pays du Sud, ainsi que par les intérêts divergents des pays en développement.

 

Pour poursuivre la réflexion :

Site Internet :  

www.agora21.fr

www.comitejoburg2002.org  

 

 

   

Envoyez un courrier électronique à benoit.theau@igapura.org pour toute question ou remarque concernant ce site Web.
Dernière modification : 25 octobre 2010.